AccueilPoésie Adhésion
Dernière mise à jour :
jeudi 6 juillet 2017






Sur le web
Voyage Portugal
Voyages au Portugal et Séjours au Portugal - Informations pour organiser et réserver votre voyage au Portugal (Week-ends, Séjours, Circuits, Croisières, location voiture ...) - Promotions pour partir pas cher au Portugal
Editions L’Originel
L’Originel
Revue et Maison d’Edition, aventure éditoriale phare de la recherche ésotérique, explore un corpus de références, sorte de "Trésor du Savoir" offrant des dossiers très denses sur les différentes filières littéraires, philosophiques ou ésotériques d’Occident comme d’Orient.
Wikio
Wikio est un portail d’information qui fouille dans les sites de presse et dans les blogs pour trouver l’actualité qui vous intéresse.
Brèves
Villes-Mondes : Lisbonne, 30 octobre 2011 à 14h
vendredi 28 octobre

France Culture

J’ai toujours eu un lien très fort avec Lisbonne. Enfant, j’y étais allé avec ma mère. Elle était portugaise, elle est morte lorsque j’avais 5 ans. Il y a quelques années, j’ai voulu m’installer un an dans cette ville. Finalement, je ne l’ai jamais quittée. J’y habite depuis 4 ans. C’est pour moi la ville de l’enfance, des fantômes et des deuils. Aujourd’hui, c’est la ville où je me sens le mieux. Pour la première fois, je me sens chez moi.

Vivre à Lisbonne, c’est ressentir la saudade, un sentiment de douce mélancolie typiquement portugais. Car si la ville se tourne résolument vers l’avenir et la modernité, elle demeure néanmoins figée dans un temps révolu, dont on capture les traces au détour des rues. Toute l’histoire portugaise nous apparaît ainsi, celle du temps des grandes découvertes, de la chape de plomb de près de quarante ans de dictature, du faste des temps coloniaux, des libertés acquises et de la movida artistique issues de la révolution des œillets de 1974.

L’entrée du Portugal dans la communauté européenne a offert à sa capitale une période faste et heureuse. Mais aujourd’hui, un temps de crise freine ce dynamisme. La plupart des grands projets d’urbanisme de la ville sont interrompus. La première mesure gouvernementale de restriction budgétaire a été de fermer le Ministère de la culture, pour le remplacer par un simple secrétariat d’Etat.

Malgré ces sombres perspectives, la ville et ses artistes gardent leur énergie intacte. J’ai demande à 9 artistes de partager avec nous, leur rapport intime à la ville. Ils sont internationalement reconnus ou de la jeune génération. Ils sont : comédien, metteur en scène, chorégraphe, plasticien, chanteur, photographe, styliste, cinéaste, écrivain et nous traversons avec eux les lieux emblématiques de la « Ville Blanche ».

A la manière de Fernando Pessoa dans son livre-balade « Lisbonne », ils nous entraînent dans leur ville, et nous guident vers leurs endroits favoris. A travers leurs voix, nous découvrons les mutations de la ville et les évolutions de sa scène artistique.

Par Pierre Primetens

Chargée de réalisation : Anna Szmuc

Technicien : Philippe Carminati

Avec :

Catarina Wallenstein, actrice >>> sa filmographie

Jorge Silva Melo,réalisateur >>> site de sa compagnie

Vera Mantero,chorégraphe >>>son travail

Miguel Palma,artiste plasticien >>> son site

Paulo Furtado (The Legendary Tigerman),chanteur >>> son site

Jorge Molder, photographe >>> son site

João Branco et Luis Sanchez de Storytailors,stylistes >>> le site de Storytailors

Joao Pedro Rodrigues, cinéaste >>> sa biographie

Lien : http://www.franceculture.fr/emission-villes-mondes-villes-mondes-lisbonne-2011-10-30.html

sur le web : villes-mondes
Sur le web
Il était une fois l’imaginaire de Paule Doyon

-  La poésie est le chant des désirs et la musique de l’être
-   Biographie rêvée...
Le Fado
L’âme Portugaise : Fado et Saudade
Paulo Alexandre Esteves Borges
dimanche 8 avril 2012
par AFAFP

L’âme Portugaise : Fado et Saudade

Bercée par les voiles gonflées du Voyage et par le ressac des marées de l’histoire, par l’esprit troubadour luso-arabe et par la moiteur langoureuse du lundum afro-brésilien, cette voix qui se dresse à plomb, rachetant Ciel et Terre de la scission originelle, c’est le Portugal. Le Portugal et sa matrice lointaine, atlante et à estrimnique (1), serpentine et lusitane, à la fin d’un cycle, en cette évanescence du monde. Avec l’ivresse, d’idéal ou - en cas de désespoir - de vin, la gastronomie chamaniste, la poésie mystique, épique ou lyrico-panthéiste, le sébastianisme, l’art tauromachique de la prise du taureau par les cornes, le baroque, la bizarrerie, le rêve réalisateur de l’impossible, la folie et la Saudade, le Fado est l’une des extases par lesquelles peu à peu nous résistons au Coca-Cola, au fast-food, à l’embourgeoisement de la culture, à l’intellectualisation du sentiment religieux, à l’épidémie médiatico-publicitaire, à l’impérialisme de l’imaginaire anglo-saxon et à la destruction des âmes et de la planète par la consommation et par la barbarie techno-buro-ploutocratique.

Dans le Fado le tragique perdure. L’irrationnelle scission entre l’individu et l’Absolu, qui fait que relativement il y ait Destin, Fatum - l’impersonnelle Moira, que les Grecs savaient supérieure aux dieux eux-mêmes - défie tout le dogme religieux et les métaphysiques qui en dérivent. Pour cela les Portugais la chantent, dans l’ironie saturnienne de qui contemple comme vains tous les artifices de la raison. Ils savent sans y avoir jamais pensé, que seule la douleur, l’extrême douleur de l’identification avec le mal du monde, nous libére de ce dernier. Assumée et célébrée jusqu’à épuisement, en corps et âme et esprit, en corps-âme-esprit, la souffrance se transmute en Joie, la seule - celle-là - non factice. Catharsis, une catharsis pratiquée dans la vie quotidienne d’une population, rite d’un mythe oublié ou inutile. Et dire que tant d’intellectuels, dans leur ignorance ex-cathedra, la jugent ensevelie dans le théàtre grec ou dans la Poétique aristotélicienne

A l’Amour j’ai voulu me dérober, /Ainsi qu’au don sacré : /Mais dedans mon génie /Voyant ma destinée, qu’avais-je à faire ?/ A l’inéluctable j’ai cédé. Bocage

Entre la conjuration ou l’expiation du mal d’exister - cette primordiale injustice de la séparation entre l’individu et la Plénitude qui fait de chaque naissance une mort et vice-versa -, la révolte contre les dieux et le destin et l’acceptation résignée d’un " sort " donné par Dieu, le Fado est finalement un mélange paradoxal de sagesse et d’ignorance ou oubli. Oubli du fait que la Vie - sous peine d’absurdité radicale ou d’infernal délire divin - est métamorphose où tout ce qui arrive à chacun ne peut être engendré et mérité que par lui-même, fruits d’actions libres à leur origine mais accompagnées de leurs effets par voie de nécessité, et en fonction de l’intention, de l’intensité et des circonstances de ces actions. Ce qui rend possible la conversion du destin en destination, ou la Libération pleine de toutes les inévitables limitations existentielles, en rien comparable avec l’anesthésie, le suicide lent et la langueur de la délectation dans une souffrance non émancipatrice. Ainsi, aux vers du bien connu Fado � sorte, "le Destin, c’est le sort", de Jaime Mendes :

Bien pensé /Tous avons notre destin /Et qui nait mal destiné /Meilleur destin n’aura /Le Destin, c’est le sort / Et du berceau jusqu’à la mort / Personne n’échappe pour plus fort / au Destin que Dieu donne.

Bocage répondrait bien : Les divinités ne forcent point les coeurs, /Destin ami n’existe, ni destin fâcheux, /Destins sont les passions, sont les volontés.

Assurément, le Portugal participe beaucoup de cette melancolia, qu’Aristote, dans le célébre Problème XXX, considère comme inhérente à tout génie ou homme d’exception, la mettant en rapport avec la folie, la propension à la poésie, au vin et à l’érotisme. Si à cela nous joignons le goût pour les chevaux et pour les taureaux, et l’indispensable guitare, nous aurons, en remplaçant " mélancolie" par "Saudade" - de portée sémantique plus riche, et dotée d’une ouverture au " salut " que le terme grec ne contemple pas -, un tableau parfait de la bohème fadiste. Et peut-être le fado vadio - le " fado vagabond " -, chanté par qui passe, dans les bistrots - par exemple la Mascote da Atalaia, actuellement fermée et aux obscures divinités de laquelle on doit tant de ce qui inspire ces lignes - et dans les rues, dans les pérégrinations à l’intérieur et à l’extérieur des portes, autrefois en carrosses et fiacres, est-il encore une des dernières expressions d’une vie aventurière, nomade et itinérante, naturellement marginale par rapport à l’existence domestiquée, que l’excés de civilisation, réprimant, au lieu de supprimer aiguise, la polarisant dans des formes aujourd’hui chaque fois plus violentes et perverses. Héritage lointain des groupes médiévaux de batifoleurs, mélanges de clercs, étudiants et chanteuses, trouvères, jongleurs et histrions, en une époque où, malgré l’incompréhension ecclésiastique, on chantait et dansait encore dans les églises, processions et cimetières (Carolina Michéelis de Vasconcelos montre la vigueur de ces pratiques dans la culture galaéco-portugaise), et un siècle avant que la jeunesse anglo-saxonne produise ses "rebelles sans cause", convergeant avec l’apocalyptique No Future de l’ère " punk " et tous les post-nihilismes contemporains, Lisbonne a trouvé, dans la sainte alliance du maquereau, du gentilhomme excentrique et de la prostituée, et au son du fado, la même dénonciation inconditionnelle des valeurs et du progrés sans valeur de la culture et de la société bourgeoises. Dansant, ou " battant le fado " de façon à ce point licencieuse qu’aussitôt il attira censure et répression, le " fadistage fixe " oppose, en pleine ère industrielle et urbaine, le sens archaique de la fête, du potlatch et de l’excés, soit du sacré ludique, (non institutionnel et méta-religieux) à l’ascendante moralité productive, mercantile et puritaine. Avec la complicité d’une aristocratie fidèle aux valeurs de la générosité, du don, de la terre, du loisir et de la démesure aventurière, dédaigneuse des nouveaux riches et de leur rationalisme engraissé aux sauces du culte du travail, la tradition portugaise a polarisé une subversion contre l’ordre nouveau des " parvenus " auto-désignés comme respectables, embryon des hommes gris qui, de nos jours, gèrent l’agonie du monde.

Comme par hasard, de ce contraste entre l’infini qui réside dans l’âme et le peu de lui qu’elle et le monde humain supportent du fait qu’ils sont plus rivés au domaine mental, politico ou technico-économique de l’univers, proviennent le sens élégiaque et triste, très prononcé, de l’âme portugaise et la résignation face à la disgrâce, du " peuple des suicides " (Unamuno) dont Pascoaes a dit qu’il était tel par l’amour de Dieu . Ce " navrement " fort empreint de Saudade, à savoir que le plus important manifeste sa présence seulement au sein de son absence, vision selon laquelle le "maintenant" ne l’est que par décadence d’un intemporel " jadis ", on la trouve déjà dans les rimes des Chansonniers, dans les méditations de la dynastie d’Avis et dans la dénonciation, sous la plume de Gil Vicente - à la première personne, face à Joao III, l’initiateur de l’Inquisition - de la substitution de l’esprit badin par les lamentations vétérotestamentaires de Jérémie :

" Au Portugal j’ai vu, moi / dans chaque maison un tambour / un pipeau dans chaque botte de foin, / et il y a vingt ans / qu’il n’y a ni pipeau ni joueur de pipeau / Ni devant chaque porte une terrasse / ni à chaque village ses dix folies (2)/ ni à chaque maison son joueur de tymbale / et maintenant Jérémie / est notre tambourineur. " (Tragi-comédie de l’hiver et de l’été)

Mais l’esprit dionysiaque a persisté dans la musique, et particulièrement dans la populaire (comme l’a vu Nietzsche), où la séparation entre acteurs et spectateurs, comme dans le chant et la danse en commun, règne beaucoup moins. Le même esprit se perpétue dans le silence rituel où la communion dans un même corps mystique est également préservée. Procédant de l’archaique religiosité cosmique, matriarcale et pré-olympique, en Occident, ou pré-védique en Orient - dans les deux cas pré-aryenne - par le refus et l’intégration dissimulée dont se sont constituées les grandes religions planétaires, l’attitude dyonisiaque des mystères et des cultes initiatiques a rencontré chez nous la juste célébration des Grandes Méres, dispensatrices de la Vie et de la Mort et, surtout, du Chant qui transporte l’âme au-delà du point de coincidence de ces deux piles. Severa (3) et Amalia sont, avec toutes leurs différences et certainement plus que selon leur profil psycho-biographique, cette vivante instance mythique de l’Eternel Féminin qui, dans la vision géniale de Pascoaes, est la " Vierge de la Saudade ", Vierge qui, une fois fécondée par le héros de la Quête que nous incarnons, ne pourra qu’enfanter un nouveau Dieu-Homme, Maître-Roi d’un univers transfiguré.

Alors la Saudade, intime union et complémentarité des contraires, se rachétera de son divorce par lequel, au Portugal, se maintinrent la mémoire, la tristesse, le Fado, et émigrant pour le Brésil, le désir, l’espérance, la joie, le Carnaval. Et c’est alors que Portugal

"Son chant désenchantera /Et, découvert "à le Voilà "(4) /baise-main Royal il y aura, /Au beau son de la voix /De Joao Ferreira Rosa /Chantant le Fado Du Fado Vaincu, /Accompagné des mille guitares /D’Alcacer-Quibir /Jouées par tous les navigateurs /Des voies de l’Aventure, /Et, culminant en Résurrection,/ L’illustre à mourir sans hâte /De ces quatre cents ans /D’interminable agonie /Rien d’autre, après tout, /Qu’un simple mauvais rêve, /Illusion magique dissipée /Par - à splendeur ! - la Lumière /De l’embouchure du Tage."

Notes :

(1) Oestrimnia, du grec oistros, la fureur sacrée, et Ophyussae, la Terre des Serpents, sont les plus anciennes désignations de l’extrême occident ibérique. (2) La folie c’est une danse originaire de l’Ibérie ou du Portugal, qui donne aussi son nom à des musiques, chansons et fêtes populaire portugaises. (3) Ancienne et presque légendaire chanteuse du Fado. (4) Le Fado do Embuéado (Fado du Voilà) présente le Roi du Portugal voilà, gardant son anonymat, pendant une session de fado, au cours de laquelle il se dévoile, évoquant ainsi le retour mythique et salvateur du roi Encoberto, transfiguration du Don Sébastien disparu.

Pour se procurer le texte : Revue L’Originel : L’âme secrète du Portugal

Le Fado, Passion pure, gratuite, " don sacré" . Auteur : Paulo Alexandre Esteves Borges. Traduction Emmanuel C. Gatete.


Répondre à cet article
Dans la rubrique :
  1. Le Chemin du Serpent
    21 novembre 2005

  2. Poèmes Païens
    24 novembre 2005

  3. Saudade
    6 décembre 2005

  4. Biographie rêvée...
    5 décembre 2006

  5. Les chimères d’Elsa
    30 avril 2009

  6. Cavaleiro Monge, poème de Fernando Pessoa
    13 mai 2009

  7. Pessoa en personne, seul sur scène
    5 juin 2009

  8. “Le gardeur de troupeaux” de Fernando Pessoa
    11 juin 2009

  9. Fernando PESSOA et le banquier anarchiste
    6 juillet 2009

  10. Fernando Pessoa - Autopsychographie (1931)
    26 juillet 2009

  11. Fernando Pessoa - Ajournement (Adiamento, 1928)
    9 octobre 2009

  12. Pessoa le Berger
    17 octobre 2009

  13. Colloque international “Le Futurisme et les Avant-gardes au Portugal et au Brésil”
    23 octobre 2009

  14. Vis ta vie. Ne sois pas vécu par elle.
    20 décembre 2009

  15. Fernando Pessoa - Suis ta destinée (Segue o teu Destino, 1916)
    17 février 2010

  16. Fernando António Nogueira Pessoa
    17 février 2010

  17. Poésies de Fernando Pessoa
    18 février 2010

  18. Fernando Pessoa @ NY (en)cantado por Ana Moura
    10 mars 2010

  19. Bright moments, autour de Pessoa
    11 avril 2010

  20. Fernando Pessoa - Tu parles de civilisation (Falas de civilização)
    11 avril 2010

  21. Fernando Pessoa : une existence hors du temps
    11 avril 2010

  22. Horizons lointains Lisbonne sur Arte nuit du 3 au 4 mai 2010
    4 mai 2010

  23. Illusion de la pensée : Fernando Pessoa
    24 mai 2010

  24. Fernando Pessoa - Autopsychographie
    28 juin 2010

  25. Il y a du sublime...
    11 juillet 2010

  26. L’art nous délivre
    28 juillet 2010

  27. Le gardeur de troupeaux
    29 juillet 2010

  28. Pessoa by Pessoa
    9 août 2010

  29. Le Pèlerin
    18 septembre 2010

  30. Chacun a son propre alcool
    12 octobre 2010

  31. Fernando Pessoa - Toujours je me réveille
    19 octobre 2010

  32. Ode triomphale
    3 décembre 2010

  33. Main tenant
    8 décembre 2010

  34. Les mille visages, Fernando Pessoa
    15 février 2011

  35. Révolte-moi, mon amour
    29 mai 2011

  36. Il n’est juste qu’à la vie, Fernando Pessoa
    25 juillet 2011

  37. Lisbonne du Tage aux sept collines
    10 octobre 2011

  38. FJ Ossang, Fernando Pessoa et Dom Sebastiao
    18 février 2012

  39. L’âme Portugaise : Fado et Saudade
    8 avril 2012

  40. Si je meurs jeune, sans pouvoir publier un seul livre
    18 juillet 2012

  41. Charles Juliet & Fernando Pessoa
    3 septembre 2012

  42. Un poème d’Alberto Caeiro, ou Fernando Pessoa (Portugal)
    24 mai 2014

  43. Je(ux) de Fernando Pessoa, illustré par Ghislaine Herbéra
    3 octobre 2014

  44. Si tu veux te tuer... de Alvaro de Campos
    5 novembre 2014

  45. Carnets de Poésie : Fernando Pessoa
    3 avril 2015

  46. Portrait de Patrick Quillier, amoureux de Fernando Pessoa
    21 janvier 2016

  47. Lire : février à la Tartinerie avec les éditions Chandeigne
    9 février 2016

  48. Lisboa m’a pris par la main
    11 mars 2016


Forum associé à l'article :
L’âme Portugaise : Fado et Saudade
lundi 21 décembre 2015
par herve

Merci pour l’article bonne continuation

voici la liste des centres de santé parisien




Répondre à ce message

L’âme Portugaise : Fado et Saudade
jeudi 14 août 2014
par brucewayne
I am a big fan of Fernando Pessoa. He is one of the most famous writers of all time. He was a star in every scene of his life. Talented and devoted artists like him are hard to find these days. Stacy Adams boots !!


Répondre à ce message