AccueilColloques conférences Adhésion
Dernière mise à jour :
mercredi 1er novembre 2017






Sur le web
Voyage Portugal
Voyages au Portugal et Séjours au Portugal - Informations pour organiser et réserver votre voyage au Portugal (Week-ends, Séjours, Circuits, Croisières, location voiture ...) - Promotions pour partir pas cher au Portugal
Editions L’Originel
L’Originel
Revue et Maison d’Edition, aventure éditoriale phare de la recherche ésotérique, explore un corpus de références, sorte de "Trésor du Savoir" offrant des dossiers très denses sur les différentes filières littéraires, philosophiques ou ésotériques d’Occident comme d’Orient.
Wikio
Wikio est un portail d’information qui fouille dans les sites de presse et dans les blogs pour trouver l’actualité qui vous intéresse.
Brèves
Lettres à Fernando Pessoa STAND G55 dimanche 22 mars au Salon du Livre Paris
samedi 21 mars

dimanche 22 mars 16:00 - 18:00 STAND G55

Auteur(s) : Jorge SEDAS NUNES Exposant : IMPECCABLES (EDITIONS) Public(s) : Grand Public Pays : Portugal

En savoir plus sur http://www.salondulivreparis.com/Programme/Moteurs-de-recherche/Zoom-Event,Lettres-a-Fernando-Pessoa.htm#oWBfzO92EXQYQHoI.99

http://www.salondulivreparis.com/Programme/Moteurs-de-recherche/Zoom-Event,Lettres-a-Fernando-Pessoa.htm

Hommage à Antonio Tabucchi
mardi 26 novembre
Pereira prétend

Vu, lu, entendu au festival

Maria-José de Lancastre a participé, samedi, soir, à l’hommage rendu à son mari, disparu en mars 2012, Antonio Tabucchi. L’écrivain italien, traducteur et passeur de l’œuvre de Fernando Pessoa en italien, fut le premier lauréat du Prix Jean-Monnet, à Cognac. en 1995, pour le roman « Pereira prétend ». Maria-José de Lancastre a évoqué l’œuvre et la vie de son compagnon de façon pudique et émouvante. Elle a dit combien Antonio Tabucchi était lié à la France, où il avait passé un an d’études. Elle a aussi raconté comment l’achat d’un livre de poche chez un bouquiniste, sur les quais, à Paris, avait changé sa vie. « Ce livre, c’était ‘‘le Bureau de tabac’’ de Pessoa, et Antonio, bouleversé, décida d’apprendre le portugais », a dit sa veuve. Maria-José de Lancastre a également dévoilé avoir fait don de manuscrits inédits de son mari à la Bibliothèque nationale de France.

Michel Boutant est un germanophile convaincu. Ancien professeur d’allemand, le président du Conseil général s’est adressé samedi à Michael Kumpfmüller dans la langue de Goethe. Ganz wunderbar !

Brigitte Richard est enchantée. La nouvelle présidente du festival a été impressionnée par l’auditorium plein comme un œuf, samedi matin, lors de la remise du Prix des lecteurs.

Sophie Jullien méritait bien des fleurs. La directrice du festival a été applaudie par le public et félicitée par Éric Naulleau. Samedi, le célèbre chroniqueur l’a priée de monter sur scène où elle a été acclamée.

Denis Montbello fréquente le festival littéraire de Cognac depuis maintenant quatre ans et trouve que l’événement se bonifie. L’auteur, qui vit à La Rochelle, a été épaté par les romans de deux auteurs italiens qu’il ne connaissait pas : Davide Longo et Marco Missiroli.

Cognac · Michel Boutant

Source

sur le web : sudouest
Franc-Maçonnerie et ésotérisme chez Fernando Pessoa
lundi 7 mai
Conférence de Marco Pasi le 8 mai 2012 à Bruxelles. CIERL (grande salle) Avenue Franklin Roosevelt, 17 - 1050 Bruxelles Renseignements : avileno@ulb.ac.be - +32 (0)2 650 42 37
Figuras do Herói, Universidade do Minho, Braga
jeudi 26 avril

Colóquio Internacional :: Figuras do Herói dia 26, 27 e 28 de Abril de 2012 Auditório do Instituto de Letras e Ciências Humanas Campus de Gualtar da Universidade do Minho, Braga, Portugal

A ne pas manquer : Mélanie Sag (Université de Picardie - Jules Verne), La galerie de héros de l’évêque romancier Jean-Pierre Camus : transgressions, ambiguïtés et exemplarité des héros romanesques de la Contre-Réforme.
En savoir plus

Colloque international Villes en littératures
Villes en littératures
Galaţi Roumanie 25-27 avril 2018
mercredi 1er novembre 2017
par AFAFP

Colloque international

Villes en littératures

25-27 avril 2018

Galaţi, Roumanie

Le Centre de recherche Théorie et Pratique du Discours et le Département de langue et littérature françaises de la Faculté des Lettres de l’Université « Dunărea de Jos » [Le Bas Danube] de Galaţi, Roumanie, vous invitent à participer au colloque international organisé dans le cadre de la 15e édition des Journées de la francophonie. Le colloque propose des questionnements sur les représentations et les perceptions de la ville / des villes dans les littératures, les jeux et les enjeux qu’elles engendrent aux niveaux discursif, identitaire, imaginaire.

Nous souhaitons réfléchir sur l’esthétique de l’espace et l’approche géocritique, telle qu’elle a été développée par Bernard Westphal. La théorie géocritique montre que le temps et l’espace investissent un plan commun (Westphal, La Géocritique. Réel, fiction, espace, Paris, Ed. de Minuit, 2007, p. 65) et « sonde les espaces humains que les arts mimétique agencent par et dans le texte, par et dans l’image, ainsi que les interactions culturelles qui se nouent sous leur patronage » (op. cit., p. 17).

La ville est présente dans tous les genres littéraires confondus. C’est un cadre romanesque de prédilection, un lieu de mémoire(s), un espace de souvenir : Prague de Kafka, Berlin de Walter Benjamin, Lisbonne de Fernando Pessoa, Bruxelles de Pierre Mertens, Paris des Surréalistes, Bucarest vu et vécu par les écrivains-voyageurs étrangers ne sont que maints exemples. D’autres villes-fétiches (New York, Londres, etc.) sont aussi des réalèmes séduisants qui invitent à l’étude imagologique.

La ville est sujet ou concept philosophique, rattrapé par ses non dits, objet et prédicat de tous les discours. Le discours sur la ville touche autant l’éthos que le pathos. Alors quelles configurations privilégier ?

La ville est une écriture et l’usager en est le lecteur qui prélève des fragments, la ville peut être « lue » comme un texte, comme un roman (Westphal, op. cit., p. 272)

Comment un espace public, référentiel devient-il un espace littéraire, voire une métaphore existentielle ?

Quel point de vue sur la ville : endogène, exogène, allogène ?

Quelle « lecture » de la ville à l’ère du réalisme postmoderne dont la représentation du monde se caractérise par déterritorialisation, accélération centrifuge, transgression ?

La ville s’avère un espace, une ouverture vers l’Autre - est-ce une terre ferme ou une terre qui enferme ? Depuis les débuts de la littérature, l’espace urbain a été une toile de fond et un support de réflexion pour évoquer la modernité (idéologique, politique) ou la déchéance (monde paysan vs. monde citadin, le personnage du citadin étant souvent un déraciné sinon un arriviste). La ville est un prisme où l’écrivain dit son appartenance, une aspiration mémorielle, témoin d’une mémoire individuelle et collective.

Dans les rapports entre le temps et l’espace, changés depuis l’avènement du postmodernisme, la ville est le lieu des interactions culturelles dans le texte et dans l’image. Comme l’a montré Julien Gracq dans La forme d’une ville, l’espace urbain est une cellule germinale qui s’organise en un code complexe fait d’unités lexicales / figurales, une matrice structurante et porteuse d’identité (s).

Dans la contemporanéité, la ville est un espace ouvert à des identités plurielles, meurtrières ou renaissantes (cf. l’exilé, l’écrivain migrant qui s’approprie un lieu habité). Il y a des villes-rhizomes qui permettent et favorisent l’exil (cf. Montréal), d’autres, plus opaques et renfermées sur elles-mêmes. Il y a aussi les grandes capitales comme Paris qui sont des palimpsestes. Les capitales sont littéraires, culturelles ou symboliques, rivales ou participatives, somme toute l’âme de quelque chose.

Sont conviés à participer universitaires, chercheurs, professeurs de collège, doctorants, masters qui s’interrogent dans leurs activités de recherche ou d’enseignement sur la littérature au sens large du terme, sur la poétique de la ville au sens restreint du terme (cf. Pierre Sansot, Poétique de la ville, Paris, Payot, 2004).

Les communications porteront sur les axes de recherche suivants. Les axes ne sont pas restrictifs, toute proposition d’approche de la ville non strictement littéraire, inter- ou pluridisciplinaire, est bienvenue :

Ville capitale vs. ville de province ; Villes européennes vs ( ?) villes asiatiques, villes américaines ; Villes portuaires / maritimes vs. villes continentales ; Villes-îles / villes-plages ; Villes-trophées ? villes promotrices ? villes patchwork ? Villes roumaines vues par les voyageurs étrangers ;

La ville comme personnage (cf. Michel Tremblay, Chroniques du Plateau Mont-Royal) ; Le discours sur la ville, entre ethos et pathos ; Vivre la ville dans le quotidien (cf. Michel de Certeau, L’Invention du quotidien, Paris, Gallimard, 1998)

En savoir plus


Répondre à cet article