AccueilAnalyses Adhésion
Dernière mise à jour :
mercredi 15 février 2017






Sur le web
Voyage Portugal
Voyages au Portugal et Séjours au Portugal - Informations pour organiser et réserver votre voyage au Portugal (Week-ends, Séjours, Circuits, Croisières, location voiture ...) - Promotions pour partir pas cher au Portugal
Editions L’Originel
L’Originel
Revue et Maison d’Edition, aventure éditoriale phare de la recherche ésotérique, explore un corpus de références, sorte de "Trésor du Savoir" offrant des dossiers très denses sur les différentes filières littéraires, philosophiques ou ésotériques d’Occident comme d’Orient.
Wikio
Wikio est un portail d’information qui fouille dans les sites de presse et dans les blogs pour trouver l’actualité qui vous intéresse.
Brèves
Fête de Camoens, la fête du Portugal le 10 juin
mardi 10 juin
Statue de Camoes

Origines et jeunesse

La date et le lieu de sa naissance sont incertains, mais on estime qu’il est né aux environs de 1525 à Constância, près de Santarém, d’une famille d’origine galicienne d’abord fixée à Chaves, à Vilar de Nantes (pt), et ensuite à Coimbra, puis Lisbonne.

Son père était Simão Vaz de Camões et sa mère Ana de Sá Macedo. Par son père il serait descendant du troubadour galicien Vasco Pires de Camões, par sa mère, apparenté au navigateur Vasco de Gama.

Entre 1542 et 1545, il vécut à Lisbonne, délaissant les études pour fréquenter la cour de dom João III, où il se fit une renommée de poète. Il passa quelque temps à Coimbra où il dut avoir suivi les humanités, peut-être au monastère de Santa Cruz, où il avait un oncle prêtre, Dom Bénto de Camões. Cependant il n’a été retrouvé aucune trace d’un passage du poète à Coimbra, mais la culture raffinée qui ressort de ses écrits fait de la seule université du Portugal en ce temps-là l’endroit où il est le plus probable qu’il ait étudié.

Lié à la maison du comte de Linhares, dom Francisco de Noronha, et peut-être précepteur de son fils dom António, il le suivit à Ceuta en 1549 où il resta jusqu’en 1551.

Cela arrivait souvent dans la carrière militaire des jeunes, comme le rappelle l’élégie Aquela que de amor descomedido. Dans un combat, une flèche l’éborgna :

(...) Passant la longue mer, qui tant de fois Menace me fut de la vie chère ; Maintenant expérimentant la rare Furie de Mars qui sans attendre Dans les yeux voulut que je visse Et touchât son fruit acerbe, Et dans ce mien écu La peinture se verra de son infection.

De retour à Lisbonne, il ne tarda pas à renouer avec la vie de bohème. On lui prête plusieurs amours, non seulement avec des dames de la cour mais selon la légende, avec l’Infante en personne, Da. Maria, sœur du Roi D. Manuel Ier. Il serait tombé en disgrâce, au point d’être exilé à Constáncia. Il n’existe, cependant, pas le moindre fondement documentaire de cette histoire. Une autre légende lui attribue une vive passion pour une grande dame, la comtesse de Linhares, D. Violante de Andrade, ce qui l’aurait fait exiler à Santarém. Ce qui est certain c’est que le jour du « Corpo de Deus » (Corps de Dieu) de 1552, il blessa au cours d’un combat un certain Gonçalo Borges. Arrêté, il fut libéré par lettre royale de rémission le 7 mars 1553, et s’embarqua pour servir aux Indes dans la flotte de Fernão Álvares Cabral, le 24 du même mois. Orient

Il resta quelque temps à Goa, puis fut exilé en 1556 à Macao, pour avoir censuré le vice-roi dans une satire. Ce serait là, dans une grotte qui porte aujourd’hui son nom, qu’il composa le poème qui l’a immortalisé, Les Lusiades (ou Os Lusíadas), où il chante la gloire des Portugais (en latin lusitani), les exploits et les découvertes de Vasco de Gama. Au bout de cinq ans, rappelé de son exil, assailli par une tempête, il fit naufrage sur les côtes de la Cochinchine en retournant à Goa :

Tu vois, par le Cambodge, le fleuve Mékong, (...) Celui-là recevra, placide et large, Dans ses bras les Chants humides Du triste et misérable naufrage, Échappés des bas fonds tourmentés, De la faim, des grands périls, quand L’injuste commandement sera exécuté, Sur celui dont la lyre sonore Sera plus fameuse que fortunée.

(Chant X, 128 Lusiades’)

Dans ce désastre, sauvant de manière héroïque le manuscrit de son poème déjà bien avancé, sa compagne Dinamene célébrée dans de nombreux poèmes serait morte.

De retour à Goa, avant août 1560, il demanda la protection du Vice-Roi Dom Constantin de Bragance dans un long poème octosyllabique. Emprisonné pour dettes, il adressa une supplique en vers à son nouveau Vice-Roi, Dom Francisco Coutinho, pour sa libération.

En 1568 il retourna au Royaume, et fit escale dans l’île de Mozambique, où, deux ans plus tard, le chroniqueur Diogo do Couto, son ami, le rencontra comme il le racontera dans ses Décades (8ème), ajoutant que le poète était « si pauvre qu’il vivait des amis ». Il travaillait alors à la révision de son poème, et dans la composition du « Parnasse de Luis de Camões », avec poésie, philosophie et autres sciences », œuvre volée et jamais retrouvée.

Diogo do Couto lui paya le reste du voyage jusqu’à Lisbonne, où Camões arriva en 1570.

C’est en 1572 qu’il publia Les Lusiades1.

Il dédia son épopée au jeune roi Sébastien Ier qui lui accorda une petite pension qui lui permettrait de vivre, modestement, et 6 ans plus tard, à Lisbonne il assista au départ de l’armée du Portugal, avec en tête son propre roi Sébastien, pour le Maroc.

Il avait proposé d’être le chantre de cette guerre africaine mais Diogo Bernardes lui fut préféré. Cette expédition fut un désastre connu pour la Bataille des trois rois morts, ou d’Alcacèr Quibir (El Ksar el Quibir). Sébastien y trouva la mort ainsi que la fine fleur de la jeunesse portugaise. Après quoi quelques années plus tard le Portugal allait être rattaché à la couronne espagnole, et allait naître le mythe du retour du roi Sébastien, par une nuit de brume pour rendre au Portugal sa grandeur passée.

C’est ainsi que mourut Luis de Camões, cette même année 1580, peut-être dans une maison de Santana, à Lisbonne, ou bien misérablement dans un Hôpital, c’est selon, et avec lui l’âge d’or du Portugal, que son poème épique avait si bien chanté. Il aurait eu selon Almeida Garrett, ces derniers mots :

« Avec moi meurt le Portugal. »

Source

Appel au Portugal
samedi 5 janvier

Bonjour,

Nous vous remercions d’avoir mis sur votre site notre dernière création « INTERVALLE PERSONA » d’après l’oeuvre de Fernando Pessoa.

La résidence s’est achevée le 29 novembre, et 5 représentations ont eu lieu à Cherbourg dans la salle Vox de la scène nationale le Trident.

Nous aimerions emmener notre spectacle au Portugal, en sur-titrage,
et ne connaissant pas spécialement les lieux qui seraient susceptibles de nous accueillir,

Peut-être sauriez-vous nous aiguiller, nous guider dans nos recherches ?

Dans tous les cas, je vous souhaite de toute l’équipe Elan Bleu une très bonne année 2008.

Frédérique Braconnier
C.LʼE.B.[A.R.T.S] Compagnie LʼElan Bleu 61 rue de Lʼabbaye 50100 CHERBOURG OCTEVILLE Tél/Fax : 02.33.04.48.14

La vie des Blogs
Bureau de Tabac
Autour de Pessoa
mercredi 14 octobre 2009
par AFAFP

Son désarroi est grand qu’il exprime par des mots forts [« Mon coeur est un seau vide »]. Cet homme est un adulte et nous imaginons qu’enfant il avait déjà tissé des projets d’avenir qui ne sont maintenant plus que des souvenirs inconsistants [« Je porte en moi tous les rêves du monde »] Il a vu dans la vie une extraordinaire occasion de faire bouger les choses, de faire changer ce vieux monde, d’y laisser sa marque, mais ses rêves se sont révélés être des chimères. [« Combien d’aspirations hautes, nobles et lucides... ne verrons jamais la lumière du vrai soleil »] . En cela il est le reflet de la condition humaine. C’est un simple humain assujetti à la fuite du temps, à la vieillesse, à la mort, au destin « qui mène la carriole de tout sur la route de rien ». Pour lui cette prise de conscience génère un malaise [« Foulant aux pieds la conscience de se sentir exister, comme un tapis où trébuche un ivrogne »], un doute [« Non, je ne crois pas en moi » - « Que sais-je de ce que je serai, moi qui ne sais qui je suis »] et rien d’autre ne pourra l’en guérir, ni les religions [Dieu ?] ni même l’écriture et surtout pas la métaphysique qui « n’est que le résultat d’une indisposition ».

C’est un être tourmenté, facette hétéronyme de Pessoa, à la fois conscient de son inexistence et porteur d’ambitions qu’il n’atteindra jamais, un paradoxe apparent. Il le sait et le déplore, le regrette aussi parce qu’on ne peut se satisfaire d’une telle image de soi-même, coincé entre réalité et rêve. C’est aussi un idéaliste qui fait prévaloir l’écriture et attend vainement le succès, la notoriété peut-être [« Je serai toujours celui qui attendait qu’on lui ouvrît la porte, au pied d’un mur sans porte qui chantait la chanson de l’Infini dans un poulailler »]. Il me semble qu’il entretient avec son écriture une relation à la fois salvatrice et malsaine en ce sens qu’il vit par elle et pour elle, mais la légitime notoriété qu’il en attendait n’a jamais été au rendez-vous où peut-être ressent-il une impossibilité de s’exprimer complètement ? Dès lors, il en parle comme d’un « portail en ruines sur l’impossible » et allume une cigarette au lieu de prendre la plume, comme si, en cet instant, sa fumée, bleue et légère, valait mieux que tout !

Il s’interroge sur l’inutilité de ce qu’il a écrit mais pense sérieusement à recommencer, fait allusion aux femmes qui consolent du mal de vivre pour revenir au spectacle de la rue, véritable toile de fond dynamique de cette évocation, au patron du tabac d’en face, à un client, à une cigarette qu’il allume, à la fille de la blanchisseuse qu’il pourrait épouser et ainsi être heureux. Ce client c’est « Estève-n’a-pas-de-métaphysique », et à qui tout son univers est étranger, il le connaît, le salue, c’est comme si la vie reprenait le dessus avec son quotidien, comme si la seule vue de cet homme suffisait à lui rendre l’envie de vivre.

C’est le texte d’un désespéré que le spectacle simple du réel, la rue, la boutique du buraliste d’en face, le patron avec son cou endolori, le client qui est simplement venu acheter du tabac, fait reprendre temporairement goût à la vie. A tout le moins a-t-il décidé lui-même de lui donner dernière chance, même s’il avoue que ce monde lui et étranger, qu’il n’a rien à y faire. « L’univers s’est refermé sur moi sans idéal et sans espoir et le patron du Tabac a souri. »

© Hervé GAUTIER - juillet 2007.

http://monsite.orange.fr/lafeuillevolante.rvg


Répondre à cet article
Dans la rubrique :
  1. La Grande Ame Portugaise
    28 octobre 2005

  2. F. PESSOA ou l’inconnu ubiquitaire
    4 avril 2009

  3. Ode Maritime de Fernando Pessoa, mise en scène Claude Régy
    11 juillet 2009

  4. Ode maritime : Régy monte Pessoa
    26 juillet 2009

  5. Le chien d’Ulysse, blog littéraire de Salim Bachi
    14 octobre 2009

  6. Bureau de Tabac
    14 octobre 2009

  7. "Mots et sang des femmes" d’Ariane François-Demeester, enfin réédité.
    17 février 2010

  8. Métaphysiciens
    17 février 2010

  9. Anarchisme - Anarquismo
    10 mars 2010

  10. Une lecture de L’intranquillité
    11 avril 2010

  11. Notes sur Bernardo Soares partenaire de Pessoa
    13 avril 2010

  12. Fernando Pessoa - « être cohérent est une maladie », 1915
    15 avril 2010

  13. "Casa Pessoa", maison où Fernando Pessoa vécut les quinze dernières années de sa vie. 16, Rua Coelho da Rocha, Campo de Ourique (Lisbonne, Portugal)
    14 juin 2010

  14. Bibliothèque de l’émotion
    26 septembre 2010

  15. Fernando Pessoa - Chronique de la vie qui passe
    28 septembre 2010

  16. Fernando Pessoa, Le Gardeur de troupeaux.
    12 octobre 2010

  17. Critique de film : Requiem, de Alain Tanner
    9 novembre 2010

  18. Fernando Pessoa remastérisé... ( 5ème partie )
    3 janvier 2011

  19. A Lisbonne, sur les traces de Fernando Pessoa
    5 février 2011

  20. De combien de vies sommes-nous capables ?
    30 mars 2011

  21. Fernando Pessoa ou la référence absolue des lettres portugaises
    30 mars 2011

  22. Le livre de l’intranquillité peut être considéré comme le livre d’une vie
    7 novembre 2011

  23. Le sommeil au théâtre est une attitude critique
    5 mars 2012

  24. « L’appel du large », ou le théâtre sensible d’Etienne Van der Belen
    2 avril 2012

  25. Fernando Pessoa en personnes
    4 décembre 2012

  26. Concours « Miroirs de Fernando Pessoa »
    8 janvier 2013

  27. Sur le Quai / Ode Maritime de Fernando Pessoa
    12 février 2013

  28. Croisements de lecture : « Le Livre de l’Intranquillité » de Fernando Pessoa & « Des arbres à abattre » de Thomas Bernhard
    22 juillet 2013

  29. Jean-Michel Ribes et les auteurs "à la marge"
    12 octobre 2013

  30. Le Portugal en mouvement 40 ans après sa révolution
    27 avril 2014

  31. Pessoa, le théâtre des hétéronymes
    14 juillet 2014

  32. La vie amoureuse de Fernando Pessoa
    10 mars 2015

  33. Le meilleur des portugais n’est pas Ronaldo.
    11 juillet 2016

  34. le blog profencampagne
    11 juillet 2016

  35. Une Ode maritime enivrante
    14 novembre 2016


Forum associé à l'article :
site recommande
dimanche 10 novembre 2013
par tina

cigarette electronique ego stardust avis des vapoteurs

fonctionnement de la cigarette electronique dire ville votre formidable chaque electronic cigarette site recommande utiliser séparer ? épaule convivial merveilleux cesser coeur vous engagez maintenir ce test cigarette électronique genre merveilleux aussi différent.


Répondre à ce message