AccueilPoésie Adhésion
Dernière mise à jour :
jeudi 6 juillet 2017






Sur le web
Voyage Portugal
Voyages au Portugal et Séjours au Portugal - Informations pour organiser et réserver votre voyage au Portugal (Week-ends, Séjours, Circuits, Croisières, location voiture ...) - Promotions pour partir pas cher au Portugal
Editions L’Originel
L’Originel
Revue et Maison d’Edition, aventure éditoriale phare de la recherche ésotérique, explore un corpus de références, sorte de "Trésor du Savoir" offrant des dossiers très denses sur les différentes filières littéraires, philosophiques ou ésotériques d’Occident comme d’Orient.
Wikio
Wikio est un portail d’information qui fouille dans les sites de presse et dans les blogs pour trouver l’actualité qui vous intéresse.
Brèves
Villes-Mondes : Lisbonne, 30 octobre 2011 à 14h
vendredi 28 octobre

France Culture

J’ai toujours eu un lien très fort avec Lisbonne. Enfant, j’y étais allé avec ma mère. Elle était portugaise, elle est morte lorsque j’avais 5 ans. Il y a quelques années, j’ai voulu m’installer un an dans cette ville. Finalement, je ne l’ai jamais quittée. J’y habite depuis 4 ans. C’est pour moi la ville de l’enfance, des fantômes et des deuils. Aujourd’hui, c’est la ville où je me sens le mieux. Pour la première fois, je me sens chez moi.

Vivre à Lisbonne, c’est ressentir la saudade, un sentiment de douce mélancolie typiquement portugais. Car si la ville se tourne résolument vers l’avenir et la modernité, elle demeure néanmoins figée dans un temps révolu, dont on capture les traces au détour des rues. Toute l’histoire portugaise nous apparaît ainsi, celle du temps des grandes découvertes, de la chape de plomb de près de quarante ans de dictature, du faste des temps coloniaux, des libertés acquises et de la movida artistique issues de la révolution des œillets de 1974.

L’entrée du Portugal dans la communauté européenne a offert à sa capitale une période faste et heureuse. Mais aujourd’hui, un temps de crise freine ce dynamisme. La plupart des grands projets d’urbanisme de la ville sont interrompus. La première mesure gouvernementale de restriction budgétaire a été de fermer le Ministère de la culture, pour le remplacer par un simple secrétariat d’Etat.

Malgré ces sombres perspectives, la ville et ses artistes gardent leur énergie intacte. J’ai demande à 9 artistes de partager avec nous, leur rapport intime à la ville. Ils sont internationalement reconnus ou de la jeune génération. Ils sont : comédien, metteur en scène, chorégraphe, plasticien, chanteur, photographe, styliste, cinéaste, écrivain et nous traversons avec eux les lieux emblématiques de la « Ville Blanche ».

A la manière de Fernando Pessoa dans son livre-balade « Lisbonne », ils nous entraînent dans leur ville, et nous guident vers leurs endroits favoris. A travers leurs voix, nous découvrons les mutations de la ville et les évolutions de sa scène artistique.

Par Pierre Primetens

Chargée de réalisation : Anna Szmuc

Technicien : Philippe Carminati

Avec :

Catarina Wallenstein, actrice >>> sa filmographie

Jorge Silva Melo,réalisateur >>> site de sa compagnie

Vera Mantero,chorégraphe >>>son travail

Miguel Palma,artiste plasticien >>> son site

Paulo Furtado (The Legendary Tigerman),chanteur >>> son site

Jorge Molder, photographe >>> son site

João Branco et Luis Sanchez de Storytailors,stylistes >>> le site de Storytailors

Joao Pedro Rodrigues, cinéaste >>> sa biographie

Lien : http://www.franceculture.fr/emission-villes-mondes-villes-mondes-lisbonne-2011-10-30.html

sur le web : villes-mondes
Sur le web
Il était une fois l’imaginaire de Paule Doyon

-  La poésie est le chant des désirs et la musique de l’être
-   Biographie rêvée...
Citation de Fernando Pessoa
Vis ta vie. Ne sois pas vécu par elle.
"Vis ta vie" de Charles Antoni
dimanche 20 décembre 2009
par AFAFP

VIS TA VIE de Charles Antoni, Ed. L’Originel,

www.loriginel.com

Il nous faut apprendre à rêver, à rêver encore. Mais il s’agit là du véritable rêve, du rêve créateur, et non pas du rêve de l’homme endormi. C’est lorsque l’on rêve, paradoxalement, que l’on est éveillé. La puissance du rêve est gigantesque, il nous faut rêver comme des enfants, aux choses les plus inconcevables, auxquelles l’homme social ne peut avoir accès. Rêve, jeu, et non plus cette triste réalité dont se gargarisent les bien-pensants. Extrait : « Si de manière rationnelle nous avons divisé l’année en 365 jours, et la journée en 24 heures, que pouvons-nous faire pour que ce temps que nous avons instauré puisse servir à quelque chose ? Devons-nous agir ou le laisser courir, défiler, nous échapper et nous rendre compte un beau jour que tout se termine sans l’avoir rempli comme nous l’avions souhaité ? Comment vivre ces heures au maximum, qu’elles ne soient pas un long fleuve tranquille dans lequel nous nous endormons et lorsque nous nous en réveillons : il est déjà trop tard. En fait il nous faudrait vivre une journée comme si elle représentait une année. Comme si c’était notre dernier jour. A ce moment-là, peut-être serions-nous capables de faire de grandes choses et devenir des hommes-dieux. A procéder de la sorte, l’on s’aperçoit qu’il nous reste peu de temps pour les bavardages inutiles. Notre monologue intérieur finit par s’estomper. La tension est alors si extrême que lorsqu’on se relâche, la détente est totale. Il n’y a plus de temps pour l’insomnie. Il arrive même un moment où l’action devient tellement intense que, d’une certaine manière, les choses se font d’elles-mêmes, paradoxalement, dans un état de relaxation. Tension extérieure, mais détente intérieure. Le temps pour se morfondre, se plaindre, s’apitoyer sur soi-même est aboli. C’est de l’action pure. »

L’auteur :

L’expérience de Charles Antoni ne manque certainement pas de richesse et d’originalité. Qui peut prétendre avoir fait lors de son "tour du monde", connaissance dans une forêt indienne avec un yogi qui lui a livré les secrets du hatha yoga, et d’avoir été initié en Chine au pied d’une montagne par une femme aux pratiques érotiques sacrées, d’être le premier en France à éditer un ouvrage pratique sur le Yoga et le Tai-chi dans les années 70, puis d’être allé en Asie centrale pour s’ouvrir au souvenir de Dieu et ainsi se faire initier à l’antique pratique du souffle des Soufis, pour après repasser par le Mexique en quête de "voir" ce qu’il restait des diverses traditions chamaniques, et de s’en retourner dans sa Corse natale pour faire naître une luxueuse revue "L’originel" dont le premier opus tentait de redécouvrir les rites archaïques du mazzérisme et modernes de l’ésotérisme Corse, pour par la suite parcourir le Portugal à la recherche d’un roi caché parce que vous êtes devenu le Président de l’Association Francophone des Amis de Fernando Pessoa, qui se trouve être premièrement : le dernier messager du secret de l’empire perdu de l’encoberto et deuxièmement : le plus grand poète moderne du "voir", d’avoir su écrire une étude structurale sur "L’univers Intangible" aussi pertinente que celle de Carlos Castaneda, ?

Le style :


Charles Antoni use d’un phrasé simple et minimal, tel une spirale qu’il déroule ou parfois qu’il coupe, saccade et syncope pour la "redéployer" tel un coup de fouet qui éveille notre attention sur un "point" particulier. A certains endroits "du texte", le découpage au point par point des paragraphes cache une seule et même phrase se formant comme une hélice en pleine rotation, donnant l’illusion d’une boule qui trace son chemin, et dont les pales se décochent pour s’en aller capturer des informations dans toutes les dimensions, dans le but de saisir chaque face et donc toutes les vues d’un phénomène, pour revenir ensuite s’encocher à leurs places sur les contours du cercle en fin de course, l’hélice vue de face s’arrête et détient alors une vision globale du phénomène. Point : c’est la fin d’un paragraphe.


Répondre à cet article
Dans la rubrique :
  1. Le Chemin du Serpent
    21 novembre 2005

  2. Poèmes Païens
    24 novembre 2005

  3. Saudade
    6 décembre 2005

  4. Biographie rêvée...
    5 décembre 2006

  5. Les chimères d’Elsa
    30 avril 2009

  6. Cavaleiro Monge, poème de Fernando Pessoa
    13 mai 2009

  7. Pessoa en personne, seul sur scène
    5 juin 2009

  8. “Le gardeur de troupeaux” de Fernando Pessoa
    11 juin 2009

  9. Fernando PESSOA et le banquier anarchiste
    6 juillet 2009

  10. Fernando Pessoa - Autopsychographie (1931)
    26 juillet 2009

  11. Fernando Pessoa - Ajournement (Adiamento, 1928)
    9 octobre 2009

  12. Pessoa le Berger
    17 octobre 2009

  13. Colloque international “Le Futurisme et les Avant-gardes au Portugal et au Brésil”
    23 octobre 2009

  14. Vis ta vie. Ne sois pas vécu par elle.
    20 décembre 2009

  15. Fernando Pessoa - Suis ta destinée (Segue o teu Destino, 1916)
    17 février 2010

  16. Fernando António Nogueira Pessoa
    17 février 2010

  17. Poésies de Fernando Pessoa
    18 février 2010

  18. Fernando Pessoa @ NY (en)cantado por Ana Moura
    10 mars 2010

  19. Bright moments, autour de Pessoa
    11 avril 2010

  20. Fernando Pessoa - Tu parles de civilisation (Falas de civilização)
    11 avril 2010

  21. Fernando Pessoa : une existence hors du temps
    11 avril 2010

  22. Horizons lointains Lisbonne sur Arte nuit du 3 au 4 mai 2010
    4 mai 2010

  23. Illusion de la pensée : Fernando Pessoa
    24 mai 2010

  24. Fernando Pessoa - Autopsychographie
    28 juin 2010

  25. Il y a du sublime...
    11 juillet 2010

  26. L’art nous délivre
    28 juillet 2010

  27. Le gardeur de troupeaux
    29 juillet 2010

  28. Pessoa by Pessoa
    9 août 2010

  29. Le Pèlerin
    18 septembre 2010

  30. Chacun a son propre alcool
    12 octobre 2010

  31. Fernando Pessoa - Toujours je me réveille
    19 octobre 2010

  32. Ode triomphale
    3 décembre 2010

  33. Main tenant
    8 décembre 2010

  34. Les mille visages, Fernando Pessoa
    15 février 2011

  35. Révolte-moi, mon amour
    29 mai 2011

  36. Il n’est juste qu’à la vie, Fernando Pessoa
    25 juillet 2011

  37. Lisbonne du Tage aux sept collines
    10 octobre 2011

  38. FJ Ossang, Fernando Pessoa et Dom Sebastiao
    18 février 2012

  39. L’âme Portugaise : Fado et Saudade
    8 avril 2012

  40. Si je meurs jeune, sans pouvoir publier un seul livre
    18 juillet 2012

  41. Charles Juliet & Fernando Pessoa
    3 septembre 2012

  42. Un poème d’Alberto Caeiro, ou Fernando Pessoa (Portugal)
    24 mai 2014

  43. Je(ux) de Fernando Pessoa, illustré par Ghislaine Herbéra
    3 octobre 2014

  44. Si tu veux te tuer... de Alvaro de Campos
    5 novembre 2014

  45. Carnets de Poésie : Fernando Pessoa
    3 avril 2015

  46. Portrait de Patrick Quillier, amoureux de Fernando Pessoa
    21 janvier 2016

  47. Lire : février à la Tartinerie avec les éditions Chandeigne
    9 février 2016

  48. Lisboa m’a pris par la main
    11 mars 2016